Domanova

Blog du Journal de l'Alliance

17 décembre 2012

Cinquante nuances de Grey

Classé dans : LA TRIBUNE LITTERAIRE — domanova @ 22 h 09 min

 

 

Cinquante nuances de Grey

 d’ EL James

Cinquante nuances de Grey  dans LA TRIBUNE LITTERAIRE el-james 

UN ROMAN PORNO

De

RASTIGNAC

« Il s’agit d’un excellent papier ! » (rédaction)

 

Ce premier tome de la trilogie « Fifty Shades », est le roman le plus vendu au monde en 2012! (cf. : quatrième couverture)

Lorsque j’ai commencé à lire les premiers pages de ce roman, juste après avoir terminé Les Paysans de Balzac, j’ai été frappé par la médiocrité du style ; la qualité du style m’a paru alors être un des critères pour définir la grande littérature.

Ce roman n’est donc pas un chef d’œuvre de la littérature, loin de là, et il se pourrait qu’il soit  vite oublié malgré son succès extraordinaire.

 Ce n’est qu’une boutade, mais il ne serait peut-être pas hors du possible qu’un informaticien soit capable de faire écrire par un ordinateur un roman de ce type, à partir de données qu’il aurait recueillies  dans Le Kama Sutra, dans les catalogues  des sex-shops  ou dans les  traités spécialisés qui recensent les pratiques sexuelles déviantes. C’est, pour moi, dire d’une autre façon, que cette œuvre  est un produit de marketing, sans grande valeur littéraire. 

L’auteur  refuse le qualificatif de pornographique pour   qualifier son roman, car ce serait, en fait, dit-elle, tout simplement,  le roman de l’amour passion, puissance X. Je ne le pense pas ; il s’agit plutôt d’un catalogue  austère qui essaie de recenser les mille et une fantaisies et les mille et une pratiques sexuelles !

 Ce roman ne peut pas  émouvoir, il ne peut laisser aucune émotion dans le cœur et je me demande même si son outrance ne peut pas provoquer le rire, chose que n’a pas voulu l’auteur !

La psychologie est quasiment inexistante ; par contre, lorsque l’on arrive à la fin de ce premier tome, on  pressent que ces personnages ectoplasmiques  vont finir, peut-être, par devenir pleinement humains parce que  tout homme, toute femme, même les plus frustes, ont enfoui, au plus profond d’eux-mêmes, une étincelle divine, fût-ce dans un roman porno !…

Nous saurons ce qu’il en est si nous voulons bien  lire la suite.

Si  EL James  était un grand écrivain, elle  devrait faire évoluer  ses personnages, dans les deux tomes qui vont suivre, vers la normalité ; ce devrait être comme la relation d’une cure psychanalytique.
En effet, on devine que les deux  héros présentés dans le premier tome traînent derrière eux un lourd  « roman familial », pour parler comme les psychanalystes, qui les a sclérosés  en les transformant  en des pantins déshumanisés.

Laisser un commentaire

 

Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Viens Christ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linklogdendcom
| Trenchhomme
| Grandmaitremaraboutkathaou