Domanova

Blog du Journal de l'Alliance

25 février 2013

BENOÎT : UN PAPE ESCHATOLOGIQUE

Classé dans : ACTES PETRINIENS — domanova @ 19 h 46 min

BENOIT XVI

 BENOÎT : UN PAPE ESCHATOLOGIQUE dans ACTES PETRINIENS benoi-xvi-2

LE PAPE ESCHATOLOGIQUE !

Le renoncement de Benoît XVI a surpris l’Église et le monde ; les médias, revenus de leur étonnement, essayèrent de minimiser ce pontificat comme à son début avec la même malhonnêteté et en appelèrent à une ère nouvelle de progrès dans l’Église, invitant tout ce qui comptent de progressistes et d’anti-catholiques à exprimer leur docte point de vue, comme Lenoir.

Il était difficile d’ignorer la lucidité et le courage de ce Pape, riche d’un solide bon sens. Voici qu’un homme au sommet de son pouvoir moral et spirituel accomplit l’esprit de pauvreté dans une grande perfection ; peu d’hommes parviennent à cette hauteur.

Il se retire dans le silence, dans la présence de Dieu, au cœur de feu de la Miséricorde ; il sera le suppliant pour l’humanité qu’il a si bien servie : « Dieu m’a demandé de me consacrer à la prière et à la méditation. », ce dimanche, angélus du 24/02/2013.

Des catholiques, des frères d’autres églises instituées et des justes non-chrétiens furent parcourus d’une crainte, car ils soupçonnèrent dans leur cœur que cette décision se chargeait des puissances eschatologiques. Elle n’est pas anecdotique, elle est majeure et ne se renouvellera pas.

Benoît XVI convoque l’Église militante au carrefour de sa conscience morale et spirituelle ; un carrefour en prise avec le Monde Nouveau à venir, si proche. Ce geste est dans la ligne droite et la logique du Second Saint Concile du Vatican1.

Il a mis un terme aux dérives lancinantes de l’application du concile, et malheur à ceux qui n’ont pas voulu le suivre. Il a délivré les bonnes armes nécessaires à la guerre spirituelle maintenant ouverte ; guerre eschatologique. Il y est parvenu en défonçant les portes infernales qui empêchaient les puissances intellectuelles de s’exprimer. Son discours à l’université de Ratisbonne est la marque de son pontificat, il fut libérateur et exigeant, car l’intellectuel est au service de la vérité.

Ce pape réaffirmera l’importance et le respect inconditionnel de la liturgie ; il souhaitera que le Peuple de Dieu reste à sa place et le célébrant à la sienne. Il est illicite que les laïcs s’approprient des gestes liturgiques qui n’appartiennent qu’au prêtre pas plus qu’il ne soit concevable que le prêtre laisse l’Eucharistie seule sur l’autel. La gloire de Dieu doit être célébrée exclusivement. Dieu est un Dieu jaloux ! Le laïc qui s’approprie les gestes du célébrant prend le risque d’une rupture de grâce qui favorise la rupture d’unité intérieure avec des répercutions possibles sur sa santé. Dans cette gestuelle usurpée s’insinue un sentiment d’égalité, un principe d’autorité égalitaire qui est un obstacle déterminant à la vie intérieure. Il faut se souvenir que cette pratique fut encouragée par les mouvements charismatiques, tous d’origine réformée, et empreints de sensibleries, soumis par la dictature des affects.

Il essayera de faire revenir la pratique traditionnelle de la réception du sacrement de l’Eucharistie qui, lorsqu’elle est reçue sur la main, est une transgression sacramentelle. « Il est à noter qu’à Rome, l’interdiction de la réception de l’Eucharistie sur la main est toujours en vigueur. »Rien dans l’histoire liturgique de l’Église ne justifie cette transgression dont les conséquences sont multiples, mais marquées par quatre effets majeurs :

  • difficultés à une vie de prière

  • atteinte métamorphique à l’unité de l’Église et à l’unité de l’humanité

  • influence majeure quant à la consommation de la Troisième Transgression (clonage reproductif humain)

  • affaissement des résistances morales et intellectuelles, multiplications des maux psychiques, enfoncement dans l’infra-humain avec un développement fulgurent des pratiques magiques, occultes jusqu’aux sacrifices humains et envoûtements ou maléfices2.

Sainte Mère Térésa de Calcutta, à la sortie de sa réception du prix Nobel de la paix, répondit à une question de journaliste  : « Quelle est la source principale du mal dans le monde ? » Elle répondit : «Que des chrétiens reçoivent la communion sacramentelle sur la main.»

Les fidèles ne sont pas coupables de cette transgression, ce sont les prêtres et les évêques qui font un abus d’autorité, employant celle-ci dans un dévoiement réfléchi et illicite ; il en est de même pour ceux qui interdisent à leurs fidèles de s’agenouiller, comme on a pu le voir en Angleterre. La distribution de la communion par les laïcs lors des messes n’est pas licite, elle procède du même esprit transgressif que pour la communion sur la main.

La beauté liturgique est une nécessité impérative, elle répond aux appétences légitimes de la vie spirituelle et contribue à l’intériorisation des mystères. Elle participe à la sociabilité de la personne, elle en est une grande pédagogue, mais il est évident que si les normes ne sont pas respectées à la lettre – ce qui exprime une désobéissance résolue ou au mieux une inconcevable ignorance – ses fruits sont moindres ou nuls quand ils ne sont pas radicalement inversés.

Benoît XVI a porté son attention à sa mission première, l’unité de l’Église, il y travailla avec générosité et une grande lucidité, posant un acte de bienveillance en enlevant l’excommunication des évêques ordonnés par Mgr Lefèbvre. Les responsables de la fraternité Saint Pie X s’y sont soustrait, échec dû à la charge de leur orgueil et leur manque d’espérance. Quant à l’Église orthodoxe Russe, il y a eu beaucoup d’avancées. On pourrait encore avoir des surprises d’ici le conclave. Elle jouera un grand rôle dans cette guerre, car en elle l’esprit de pauvreté s’est renouvelé dans le sang encore chaud des martyrs du communisme.

Ce pape dans sa charge ordinaire de docteur commun, au-delà de son immense intelligence, a maintenu la pureté doctrinale. Il est resté fidèle à son baptême, il a témoigné et enseigné avec constance et clarté la Vérité, il s’est gardé de l’adapter à l’esprit du monde. En agissant ainsi, il a veillé à ce que la Vérité demeure la substance de la Liberté sans corruption.

Benoît XVI en exposant avec force et humilité les fondements de la vie de l’Église, en nettoyant de ses scories idéologiques et autres immondices la signalétique pour le Peuple de Dieu, nous a donné matière à renforcer notre identité de catholiques, de fils de Dieu. Il a éclairé la voie qui remet notre relation, jailli du baptistère, dans l’amitié trinitaire avec Jésus-Christ. Ce Saint Pontife a tracé le chemin du renouvellement de la théologie de l’Alliance, a remis à sa place le christo-centrisme. En agissant ainsi, il aura repris l’intention initiale des Pères de l’Église qui était de réhabiliter la théologie et la pastorale de l’Alliance, théologie qui avait substantiellement nourri les premiers siècles de l’Église et continué de le faire pour nos frères orthodoxes et orientaux. Là où les Pères du concile ont échoué à cause de l’oppression idéologique, associant les tenants de l’évolutionnisme aux idéologues, le Pape, dans la trame de son discours de Ratisbonne, a montré la voie de la liberté de pensée renouvelée et fait exploser les portes infernales qui nous enserraient depuis le Siècle des Lumières au combien maléfique, malfaisant.

Il dépose entre les mains des fidèles le trésor restauré pour que nous pussions nous revêtir des armes pauliniennes sans complexe pour le combat, cette guerre spirituelle, eschatologique qui est ouverte…

Quelle est la nature et la cause de cette guerre ouverte ?

Benoît XVI, avant d’être élu pape, d’accepter la succession de Pierre, était en charge de la Doctrine de la Foi. A ce titre, lui revenait le suivi et le développement des grandes questions et défis que pose le monde surtout dans le champ vaste des applications des découvertes scientifiques associées à l’idéologie ambiante de cet humanisme hédoniste et eugéniste qui renforce les relativismes cartésiens tout en hypertrophiant l’individualisme.

Au sujet de la question de la science génétique et biogénétique, il subit de plein fouet les pressions aliénantes de ceux qui défendaient l’animation tardive et finit, dans des circonstances à étudier, par se soumettre à leurs arguments, en prenant partie pour eux, contre les défenseurs de l’animation immédiate.(Ce passage est inexact comme je l’ai corrigé dans ma vidéo.)

Il ne comprit que trop tard la catastrophe dans laquelle il avait été entraîné, trompé qu’il fut par la procession d’experts mal intentionnés et résolument associés aux politiques et sociétés occultes. Certains membres de la fondation Jérôme Lejeune sont responsables de cette pression et cachèrent leur opposition à l’animation immédiate, ce qui nous porte à penser que leur opposision à la loi de bioéthique n’étaient qu’apparences, car ils ne pouvaient ignorer les conséquences de leur intransigeance envers les défenseurs de l’animation immédiate et sur l’aggravation des perversions de cette loi. La fondation fut bien récompensé de son soutien par de généreuses subventions, ce qui lui permit de se développer en d’autres lieux en France. Elle fut un allié objectif de Matteï, ministre de la santé d’alors et père maudit de cette loi.

La position de la Congrégation de la Doctrine de la Foi contribua à paralyser l’autorité du Magistère ; le discours du Pape Jean-Paul II à l’Académie Pontificale pour la Vie n’eut pas l’écho qu’il méritait. En France, les tenants de l’animation tardive, veillèrent à le couvrir d’une chape de plomb, et l’entourage du Père Marie-Dominique Philippe alla jusqu’à s’en moquer ; à leur tête, il y avait et a toujours le Père Samuel Rouvillois.

Ceux qui s’opposèrent au projet de loi de bioéthique, et en comprirent la perversité, la dangerosité majeure, n’eurent pas l’appui de la Congrégation que dirigeait Ratzinger (Benoît XVI) et durent faire face à une opposition singulièrement agressive, allant de rétorsions disciplinaires abusives aux menaces de mort et tentatives d’assassinats – dont un incendie volontaire à base de deux bombes incendiaires au phosphore qui firent fondre un congélateur et un réfrigérateur). C’est un membre de la communauté Saint Jean (les Petits gris) qui, sur ordre de Mgr Seguy, entreprit de défendre l’animation immédiate et ce qui a permis de mettre au jour les vices cachés et effroyables de cette Loi de bioéthique ; c’est donc dans la plus parfaite obéissance à l’Eglise que cet éminent métaphysicien fit tout ce travail dans des conditions héroïques. Les conséquences néfastes de ces alliés objectifs à la Loi de bioéthique accrurent les difficultés à exposer les vices cachés de ce projet de loi, maintenant aggravés par la révision de 2011 et le projet de loi au Sénat voté le 4 décembre dernier ainsi que la loi pour le « Mariage pour tous ».

Pourquoi la guerre eschatologique est-elle ouverte ?

La « Troisième Transgression » annoncée par l’archange Gabriel au prophète Daniel est aujourd’hui consommée et ce, en France3 ; car derrière la formule abusive et mensongère de « clonage thérapeutique » se cache la réalité du « clonage reproductif humain ». L’actualité de cette pratique a été confirmée par le docteur en médecine et député Bernard Debré, frère de l’actuel Président du Conseil Constitutionnel, et récemment encore membre du Comité National d’Éthique. Il confirma la nouvelle lors de l’émission du vendredi 22 février 2013 sur la chaîne de télévision publique la Cinq. Donc les défenseurs de l’animation immédiate avaient hélas raison, la loi de bioéthique 2004 révisée 2011 est bien le cadre juridique qui permet impunément et malgré l’apparence de la loi de pratiquer le « clonage reproductif humain ». Leurs opposants, les tenants de l’animation tardive, qui ne pouvaient ignorer ce projet réel, dissimulé habilement dans le corps de la loi, sont des « collabos », ils sont associés à cette « Transgression » et connaîtront un sort identique quel que soit leur état de vie. Ils sont devenus des alliés objectifs de ceux qui, par cette loi, continuent le projet consistant au renversement et à la destruction des grâces messianiques dont a tant besoin l’humanité.

Pourquoi s’agit-il de la « Troisième Transgression »? Parce que l’homme fou d’orgueil intervient à l’instant même où Dieu Créateur se tient réellement en personne présent en l’homme pour créer l’âme qui va produire l’animation. La création de l’âme se fait à l’instant où se constitue le génome, c’est-à-dire juste après l’union fécondante des 23 chromosomes du papa et de la maman et que s’unissent et se fondent les deux ADN contenant l’héritage génétique des ascendants pour n’en former qu’un. C’est ce que désigne en hébreu archaïque le terme de : « shiqoutsim meshomèm ».Il s’agit de l’agression contre Dieu dans son Acte Pur de Création faite dans l’homme, car la constitution du génome produit ipso facto l’homme dans toute sa puissance de développement. Le législateur a veillé à ce qu’un cadre juridique, subtilement dissimulé, permette l’intervention de l’homme en vue du « clonage reproductif humain » dans la période précise de quatre jours, distance temporelle entre l’instant où se forme le génome et se constitue l’embryon. (voir photos)

Le but de cette « Troisième Transgression », au-delà d’une avancée médicale et thérapeutique douteuses, et au vu des acteurs qui la voulurent, s’avèrent bien de contribuer au renversement et à la mise en échec des grâces messianique, combat dont je vous ai entretenu dans mes vidéos conférences portant titre « Vers le gouvernement mondial ».

Nous sommes bien en présence d’une guerre eschatologique annoncée par Benoît XVI récemment, en 2012, lors d’un repas avec des cardinaux : « Nous sommes en guerre spirituelle, nous connaissons notre ennemi, nous connaissons ses armes, ses objectifs, mais qu’avons-nous à craindre puisque nous sommes assis dans sa victoire. » Il ne fait aucun doute que le pape a pris la mesure des enjeux et du drame que représente la « Troisième Transgression 4», ce que confirme la rédaction d’une encyclique prête à la publication et dans laquelle il expose les faits et demande pardon au nom de l’Église. La question est : pourquoi n’est-elle pas encore publiée ?

Dans cette affaire, le rôle de certains membres de la Conférence Nationale des Évêques de France est immense, leur complicité active pour certains est établie pour d’autres, il s’agit d’un suivisme rassurant pour ne pas devoir s’affronter entre collègues, leurs responsabilités n’en sont pas moins graves et déterminantes.

Les effets progressifs et implacables sont,, pour nos dirigeants, de se retrouver dans la même situation d’aveugles et de sourds que fut celle de pharaon devant Moïse. Dieu leur retire son assistance ; quoiqu’ils fassent ils ne pourront pas éviter l’effondrement économique, spirituel, morale et sociétal du peuple de France, ce qui entraînera l’ensemble des peuples5. C’est toute l’humanité qui pâtira de ses péchés…

La renonciation de Benoît XVI à sa mission de Pontife Universel s’éclaire d’un jour nouveau et d’une lumière tragique, mais également riche d’espérance. En déposant sa mission, il exprime sa connaissance que c’est maintenant le Christ-Jésus qui reprend la main sur L’Église, qu’il n’a plus les forces physiques pour assumer ce temps de début eschatologique… C’est pourquoi, il faut croire que sa décision n’est certainement pas anecdotique qu’elle se charge d’une dimension eschatologique aussi prenante que la mission d’un Moïse ou de celle de saint Pierre qui passa de pécheurs de poissons à pécheur d’hommes. Il est certain que les temps de la Miséricorde touchent à leur fin et que s’approchent ceux de la Justice. Il y a une fin à tout, comme tout ce qui est temporel, le scandale du péché lui aussi sera retiré du temps de l’homme afin que l’humanité se renouvelle, par l’action de Dieu le Père, et mérite le retour du Rédempteur, le Fils d’Homme venant sur la nuée.

La question qui s’impose aux chrétiens, surtout aux membres de l’Église et des églises instituées ainsi qu’aux justes et de se positionner face au Mal, aux esprits massivement mauvais que le monde génère. De quel côté allons-nous décider d’être ? Il n’y a pas de place pour une réponse aléatoire, il ne s’agit plus de s’asseoir entre deux chaises en se disant : « on ne sait jamais ! »

Grâce aux pontificats de Jean-Paul II et de Benoît XVI nous avons les armes pour affronter ces temps de purifications à nous de nous en saisir. Il y a une autre condition que j’appelle de mes vœux depuis longtemps, c’est de renouveler les solidarités spirituelles, morales, intellectuelles et matérielles en constituant de petites communautés informelles, ce que ne dit rien d’autre Benoît XVI. Serai-je entendu ?

Il faut se tenir informé, lire entre les lignes en s’appuyant sur l’enseignement des Pères de l’Église : il y aura assez rapidement un antipape. Il marchera avec l’Antéchrist. Le pouvoir sacramentel sera retiré. L’Église sera conduite au désert. Nous vivrons une période où seule la foi nous restera, alors dès maintenant veillons à la nourrir. Les événements qui nous touchent sont en fait riches d’une charge d’espérance inouïe pour ceux qui se veulent à côté de la Vierge Marie au pied de la Croix, ne nous trompons pas de lieu de rendez-vous avec le Christ, il ne se renouvellera pas.

1Dans 7 ans, on célébrera le 150e anniversaire d ela clôture du 1er saint concile du Vatican.

2On constate, depuis la réception de l’Eucharistie sur la main et sur plusieurs décennies, un développement, une intrusion des sciences occultes dans les milieux catholiques y compris pratiquants et ultras ainsi que leur égarement dans des sociétés dites de para-psychologies qui dissimulent des activités que le droit canon condamne.

3Certes, d’autres pays l’ont permis, mais en France la puissance de la loi en relation avec la mission divine de notre pays, rend toute loi plus emblématique et lui donne une résonance universelle, car l’infidélité provisoire de notre pays n’empêche pas celle de Dieu de persévérer.

4Clonage humain et Abomination de la Désolation. Synthèse : Si l’agression contre l’innocence et la dignité humaine (tri embryonnaire, congélation après Fivete, après diagnostic prénatal, ou pré- implantatoire, avortements, stérilets, pilules abortives, recherche destructive d’embryons) blessent indirectement la présence continuelle de Dieu (CESHE Pdf)… … elle vient ici se muer en agression directe contre la Présence vivante de Dieu et en abomination dans le Sanctuaire de la vie. Une libéralisation légalisée du clonage humain quelle que soit sa fin est caractéristique de cette agression contre l’Arbre de la vie et rend la Collectivité humaine toute entière solidaire de cette abomination transcendantale… (Institut Nazareth)

5Bientôt, les dernières monarchies tomberont ; elles ne sont plus utiles puisqu’elles auront permis d’atteindre les objectifs, qu’ont-elles encore à voir avec la foi chrétienne ?

Laisser un commentaire

 

Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Viens Christ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linklogdendcom
| Trenchhomme
| Grandmaitremaraboutkathaou