Domanova

Blog du Journal de l'Alliance

26 mars 2013

LA FRANCE EST-ELLE A L’HEURE DE LA REVOLUTION ? par Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

Classé dans : LA CITE DE L'HOMME - CITE DE DIEU — domanova @ 16 h 43 min

LA FRANCE EST-ELLE A L'HEURE DE LA REVOLUTION ?  par Pierre-Charles Aubrit Saint Pol  dans LA CITE DE L'HOMME - CITE DE DIEU blason-de-france

LA FRANCE EST-ELLE A L’HEURE DE LA RÉVOLUTION ?

PAR

Pierre-Charles Aubrit Saint Pol


Je reprends en partie le titre de l’excellent article de Cyril Brun paru dans la revue « Nouvelles de France » ; comment répondre à cette question ? Dans son sens étymologique, révolution est l’idée de renversement de toutes choses – la tête aux pieds – dans son sens historique ; le concept de révolution est antichrétien et radicalement de Gauche.

La Droite peut-elle avoir avec ce concept ? Non, cela ne peut pas être ! Un chrétien de confession catholique ou orthodoxe ne peut adhérer à la culture révolutionnaire ni en Occident, ni partout dans le monde. Pourquoi ne le peut-il pas ? Parce qu’il est esprit de doctrine ce qui induit l’obéissance à la vérité.

Il reconnaît à la vérité une autorité légitime ce que ne conçoit pas un homme ou une femme de Gauche et ce que ne peut que très difficilement concevoir un non-chrétien. C’est la même chose pour un protestant-réformé, car il est dans un prisme idéologique tant du point de vue religieux que du point de vue sociétal : « Les réformés ont toujours affirmé que la révolution de 1789 et ses conséquences étaient conformes à leurs choix ».

La réponse à la question posée en titre est oui ! La France non-chrétienne, la France de Gauche ou maçonnique marche vers une nouvelle et ultime étape révolutionnaire, car elle ne pourra pas supporter d’être confrontée à la vérité de ses choix, de ses actes ni leurs conséquences, à son échec. Comment le pourrait-elle ? Elle ne sait que se réfugier dans l’idéologie ; encore ce soir, ce 25/03/13, en entendant l’un des représentants de la Gauche radicale, nous nous sommes cru au moment du Front Populaire, toujours ce même mode accusateur et cet absurde entêtement « essayons ce qui n’a jamais fonctionné ». Certes, il ne fait pas de doute qu’il y ait parmi eux des « assoiffés de justice » sincères, mais nous le savons bien, le matérialisme athée n’est que la face cachée du désir insatiable de prendre à l’autre ce qu’on ne sait pas acquérir par soi-même. Le moteur de la société de Gauche est l’obsession de donner satisfaction à l’envie née de la jalousie : « Je veux ce que l’autre possède, cette envie justifie mes actes et si je ne peux l’avoir alors je le détruis et j’enlève la vie de celui qui le possédait, car je ne peux recevoir son regard. » Le sujet n’est plus dans la libération que produit la justice, mais dans l’aliénation du péché.

La Droite chrétienne n’est pas idéologique ce qui implique que son approche de la société est celle de l’équité par le mérite et par le droit. Sa conception de la justice n’a rien avoir avec le concept égalitaire qui est une perception hypertrophiée de la justice vue à travers l’idéologie. Nous sommes dans une réflexion où tout de l’homme est pris en compte dans toute son unité ; l’ordre de la justice est exhaussé par l’impératif de la charité qui se soucie de l’amour que Dieu porte à son prochain, son frère : « l’homme vivant est la gloire de Dieu. » C’est pourquoi vient en compte la gratuité non pas du don physique, mais du don de soi à l’autre, c’est l’attitude du cœur et de l’esprit.

La Droite chrétienne ne produit pas la révolution, mais elle a le devoir de la révolte, non pas pour elle-même, mais pour le plus pauvre, le plus fragile qui doit être secouru pour l’homme et la femme qu’ils sont et non pas dissous dans une société idéale qui ne peut être produite que dans la négation de la personne.

La France n’évitera pas son examen de conscience. La droite chrétienne peut éviter une révolution qui s’épanouira dans une guerre civile d’une cruauté pas encore atteinte si elle venait à éclater. Elle ne l’évitera qu’à la condition qu’elle entre en résistance. Elle ne peut pas se contenter de dire non, elle doit lui donner une substance morale et sociale et cela passe par une identification claire et l’abstention des électeurs pour peser dans les programmes et les champs politiques. Elle doit intégrer le fait de ne participer à aucun gouvernement et de réinvestir les corps intermédiaires, devrait-elle les réinventer, ce que n’a pas compris Christine Boutin.

L‘enjeu du combat qui est mené contre la loi du « Mariage pour tous » dépasse le sujet lui-même, sa lutte a un impact universel au meilleur sens et quand bien même nous n’obtenions pas le résultat escompté et qui est pourtant juste ; l’objectif est ailleurs, être le recours incontournable au bout des désespoirs. La Droite chrétienne a pour elle le temps de la vérité et de l’amour. Elle doit retrouver son rôle pivot : Être présente visiblement dans l’offrande.

Ai-je raison ? Voyez ce qui se prépare au Sénat pour leur première lecture de la loi du « Mariage pour tous » ; c’est la Droite maçonnique qui votera la loi. Pensez-vous que cette Droite-là soit la Droite ? Trop de nos élus de Droite et de confession chrétienne sont compromis ; ils ont altéré leur identité spécifique, ils ont obéi à des consignes de vote de leur parti à cause d’une lâcheté significative. Ils sont les fossoyeurs de l’identification du citoyen chrétien, de la Droite chrétienne.

En conclusion, il importe de nous interroger sur comment identifier la Droite vraie : il n’est de Droite que chrétienne, car ce qui n’est pas chrétien catholique ou orthodoxe est nécessairement idéologique, et ce qui est idéologique ne peut se réclamer de la Droite. J’ose reprendre à mon compte les propos du cardinal Pie : « libéralisme, progressisme, capitalisme, socialisme, communisme, étatisme, contre-révolutionnaire et fascisme sont de la révolution ».

La Droite chrétienne doit s’affranchir de la dialectique révolutionnaire, elle doit se réapproprier le sens spirituel et incarné du langage, être le Verbe au tour duquel les désordres des masses s’effondrent. Le peuple de France doit entrer en résistance, pour ce faire, la Droite chrétienne doit retrouver et donner de la substance à son « NON ».

Laisser un commentaire

 

Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Viens Christ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linklogdendcom
| Trenchhomme
| Grandmaitremaraboutkathaou