Domanova

Blog du Journal de l'Alliance

25 mai 2013

Petites Chroniques du Français – RASTIGNAC

Classé dans : LA TRIBUNE LITTERAIRE — domanova @ 18 h 58 min

 

 

RASTIGNAC

Petites Chroniques du Français

Petites Chroniques du Français - RASTIGNAC dans LA TRIBUNE LITTERAIRE bernard-cerquiglini

BERNARD CERQUIGLINI

Petites chroniques du français comme on l’aime de « Bernard Cerquiglini » (Edit. Larousse ISBN 978-2-03-588587-6). Ce n’est pas un traité didactique, c’est simplement une invitation à découvrir ici et là, les subtilités, les curiosités et les beautés de notre langue à la manière des guides qui nous font visiter une ville.

- Comment distinguer » babord » et « tribord » ?
- Doit-on dire , » Le jour poind » ou » Le jour point » ?etymologierubis, langue française, langue, français, poésie, histoire, vrai, vérité, cerquiglini, chroniques , 2013Alphone Alais,
- Quel mode faut-il employer après « après que » ? On entend souvent : « Je prendrai cette décision après qu’il soit parti »
Utiliser, là, le subjonctif, est une faute contre la logique.
- Quelle différence y-a-t-il entre Il habite un grand immeuble et « Il habite dans un grand immeuble  » ?


Il est attentif à l’orthographe, car ce linguiste réputé sait que l’orthographe est liée au sens.
Bernard Cerquiglini, grâce à l’étymologie, nous fait remonter le temps pour que nous comprenions mieux le mot ; en effet, l’étymologie d’Etymologie« , c’est… Vrai !
Un guide se doit d’être un historien, mais le guide qui nous séduira, c’est celui qui nous fera sourire et rêver.
Notre auteur, notre guide, a l’art de trouver des titres de chapitre humoristiques, « Le rubis ? Mieux vaut mieux l’avoir au doigt que se le verser sur l’ongle ! « D’où vient l’expression »payer rubis sur l’ongle »
Pour illustrer ses propos, il cite de nombreux écrivains ; les citations sont souvent savoureuses comme celle-ci : « Les asiles de déments comportent dans leur personnel des internes et des internés. »
J’ai beaucoup fréquenté ces deux classes de gens, et la vérité me contraint à déclarer qu’entre ceux-ci et ceux-là, ne se dresse que l’épaisseur d’un accent aigu.» (Alphonse Allais)

Elles emportent aussi, parfois, un parfum de poésie , «Oh ! ne quittez jamais, c’est moi qui vous le dis, / Le devant de la porte où l’on jouait jadis, / L’église où, tout enfant, et d’une voix légère, / Vous chantiez
à la messe auprès de votre mère ;./
Et la petite école où, traînant chaque pas, / Vous alliez le matin, oh ! ne la quittez pas ! » (Auguste Brizeux)

Bonne promenade à travers la langue française ; et n’oubliez pas le guide le guide !

Laisser un commentaire

 

Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Viens Christ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linklogdendcom
| Trenchhomme
| Grandmaitremaraboutkathaou