Domanova

Blog du Journal de l'Alliance

  • Accueil
  • > INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne

20 mai 2013

Un Nouvel Ordre Mondial avez-vous dit ? de Alain Poret et Gustave L’Oeillet

Classé dans : INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne — domanova @ 18 h 56 min

 

Un Nouvel Ordre Mondial

avez-vous dit ?

Un Nouvel Ordre Mondial  avez-vous dit ? de Alain Poret et Gustave L'Oeillet dans INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne nouvel-ordre-mondial1

Messieurs Alain Poret et Gustave L’Oeillet vous proposent deux articles avec une approche nouvelle pour comprendre ce que signifie ce nouvel ordre mondial et l’actuelle crise économique. Que contiennent les souhaits du Président Bush (père), lors de sa rencontre à Malte avec Gorbatchev. Le nouvel ordre mondial n’est rien d’autre que la mise au pas des des Etats et des peuples par les pouvoirs financiers et économiques, des multinationales et sociétés anonymes à travers lesquelles agissent les sociétés occultes.

L’analyse de la crise financière et économique d’Alain Poret éclaire d’un angle différent les bouleversements géopolitiques. L’intention ordonnée s’en trouve confirmée et poursuivie depuis la fondation de la City de Londres au 12e siècle à l’issue de la guerre civile entreprise par l’impératrice Mathilde contre son cousin le roi Etienne. Le financement de cette guerre fut assuré par les banquiers juifs ébionites d’Europe Centrale, en échange, ils s’installèrent à la City loin de la vigilance du Saint Siège.

Ce sont les ébionites qui financèrent des guerres de religion, la révolution de 1789 via la Prusse, la Hollande et les Etats alémaniques protestants. Ils financèrent la Première Guerre Mondiale (ils avaient demandé au Royaume-Uni de la prolonger de deux ans, en s’engageant de la financer) ainsi que la révolution bolchevique, car il ne devait pas rester d’Etats étroitement liés aux grâces messianiques.

On les retrouve en les personnes du baron de Rothschild et du représentant du groupe Rockefeller en France lors des fameux rendes-vous du « jeudi soir » avec le Président Pompidou, décrit par Mme Marie-France Garaud ; il en sortira une modification constitutionnelle, votée à la sauvette à la veille des vacances d’été ; elle interdit à l’Etat d’emprunter à la Banque de France1, on connaît la suite, c’est la dette.

Gustave L’Oeillet pose un regard neuf sur les évènements dit du « Printemps arabe » ainsi que sur des changements politiques survenus en Afrique Noire.

En cette période difficile, les choses et les actes de gouvernement sont rarement ce qu’ils apparaissent.

Le rédacteur en chef, Pierre-Charles Aubrit Saint Pol

====================

SUR LA CRISE FINANCIERE MONDIALE

«Les notes de bas de page sont de la rédaction.»

Alain Poret

La crise financière mondiale que nous vivons se caractérise par une évolution d’ampleur planétaire. C’est la fin d’un monde qui entraîne déjà des tribulations apocalyptiques2.

Le docteur Ravi Batra, de nationalité indienne et de renommée économique internationale, auteur du best-seller « Après le communisme, le capitalisme ? » (1990) avait expliqué la chute du communisme et celle à venir du capitalisme. Ne sont-ils pas les deux faces d’une même pièce de monnaie frappée par les mêmes « bailleurs de fonds » ?

ravi-batra 1929 dans INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne

Comme le remarquent les économistes, l’abondance a paradoxalement engendré la misère humaine: « le régime produit l’abondance, mais distribue la misère« . Pour paraphraser R. Batra, nous sommes en plein dans l’ère des « rats amasseurs » à la mentalité d’acquisition excessive qui laisseront la place à des « tigres guerriers« , sur le dos des « buffles laborieux » qui de toute façon ont été manipulés par des « renards intellectuels« .

Une chronologie sommaire de la crise : elle commence par la décision unilatérale américaine de supprimer la convertibilité de la devise US (1971) en or3. Déjà les accords de Bretton Woods (1944) avaient instauré un système monétaire international favorisant le rôle du dollar. Désormais, les USA d’Amérique utilisent les ressources du monde pour financer leur croissance. Le commerce pétrolier se négocie en dollars ; les pétrodollars devant être rapatriés aux Etats-Unis pour y être investis dans des actifs en dollars, le dollar étant désormais soutenu par le pétrole brut au lieu de l’or, puisque sans dollar aucune nation ne peut acheter du pétrole. La compétition croissante pour le pétrole constitue le véritable « axe du mal« . C’est une menace plus grande que le terrorisme. C’est aussi le cri d’alarme du management globalisé face à une crise mondiale de l’or noir. D’après un rapport de l’UNESCO, ce n’est plus l’ennemi qui fait la guerre, c’est la « guerre préventive » qui fait l’ennemi4. De nos jours, les ressources naturelles apparaissent au cœur des conflits inéluctables à venir surtout lorsqu’on apprend que 20% de l’humanité revendique 80% des ressources mondiales.

A présent, la machine à créer de la dette par milliards fonctionne à plein régime. Le monde assiste, impuissant, à l’effondrement économique des Etats-Nations endettés sur le dos des autres pays de la planète. L’économie des U.S.A. est moribonde : elle est même en faillite (dette publique 100% du PIB). La banque centrale US, pour la première fois, se fait « assommer » par le reste du monde ! Les pays asiatiques vacillent ; les pays émergents connaissent des difficultés. La zone européenne ne parvient pas à endiguer une crise systémique et les efforts demandés aux peuples sont plus en faveurs de l’économie US qu’à leur propre bénéfice.

Il est vrai que les maîtres de l’Union Européenne ont considéré qu’il ne pouvait y avoir de défaut de paiement. Les politiques d’austérité en Europe ont des conséquences explosives : résistance sociale, montée des populismes, radicalisation des générations montantes et hausses d’impôts ce qui induit, une perte objective du pouvoir d’achat. Les manifestations et les grèves se multiplient. Ces mesures, très critiquées, risquent de précipiter l’économie mondiale dans un gouffre insondable5.

Il y a eu, sans revenir à 1929, plusieurs krachs boursiers depuis les années 1980. En 1987, il y eut le lundi noir, la plus forte chute du marché financier en une seule journée. En 1992, il y eut le mercredi noir faisant la fortune de spéculateurs qui avaient misé contre la Livre Sterling. En 1997, la contagion atteignit l’Asie ( 600 milliards de dollars disparurent en fumée sur les places boursières ). En septembre 2008, les marchés financiers implosèrent. La faillite de Lehmann Brother du 15 septembre 2008 a donné le coup d’envoi de la crise actuelle.

Le mécanisme qui pousse à la faillite mondiale est complexe pour les non-initiés et les non-versés dans les arcanes des mathématiques financières. Les fonds spéculatifs, après la crise de 2008 (subprimes), peuvent connaître un krach soudain ; ce sont les produits financiers que l’on nomme produits dérivés qui sont des CDS (Credit Default Swap). De nombreux spécialistes annoncent déjà que les CDS vont entraîner la finance mondiale dans un chaos indescriptible. Ces transactions hors bilan, utilisant les instruments dérivés traités hors bourse, représentent 640 000 milliards de dollars ! C’est « la finance de l’ombre » (shadow banking) qui a inventé la titrisation, elle consiste à transformer une créance, comme une hypothèque, en titre financier échangeable sur les marchés financiers et sur lesquels on peut spéculer. En revendant cette créance, le banquier retrouve l’argent que le débiteur n’a pourtant pas remboursé et qui peut financer un autre prêt. La demande de titrisation était si grande que les banques et les courtiers en hypothèques étaient même disposés à faire des prêts aux emprunteurs sans s’informer de leur solvabilité. Si l’on insiste ici sur la titrisation, c’est à cause du montant démentiel cité plus haut. Ce qui s’est passé avec la crise des suprimes, c’est que les prêts hypothécaires à risques feront perdre des milliers de milliards de dollars. D’ailleurs, si on privatise les profits, on socialise les dettes comme cela a été déjà dit. Autrement dit, ces prêts étaient très souvent octroyés à des pauvres, des vieux, des handicapés afin de récupérer leurs maisons : ce sont moralement des prêts prédateurs, menteurs et frauduleux. D’où la « bulle immobilière »6.

Résumons-nous ! Après la crise financière (2007-2009), la crise économique (2009-2011) et la crise budgétaire (2011-2013), on peut s’attendre à une crise sociale due au chômage provoquant la pauvreté. Certes, ce n’est pas la fin du monde, mais celle d’une époque. C’est un changement de finalité dû au monde de la précarité, voire même de la pauvreté. L’austérité sans équité ne bénéficie d’aucun soutien populaire. On ne peut sauver un système financier mondial aux mains de nantis : ce sont les banques, leurs traders et surtout leurs actionnaires qui prennent le monde en otage. 211 850 milliards de dollars sont détenus par quatre banques : JP Morgan Chase, Bank of America, Citibank et Goldman Sachs. Et les paradis fiscaux sont loin d’être éradiqués.

Enfin, l’endettement des ménages est devenu la principale source de profit des banques. Mais lorsqu’on commence à prêter à des personnes qui ne peuvent plus rembourser (les pauvres), le système s’écroule. C’est l’effet domino. Depuis chaque nouveau né commence sa vie avec une dette personnelle. Sait-on qu’en France, à partir de septembre 2012, les fonctionnaires et les militaires seront payés à crédit. Les retraites ainsi que la sécurité sociale disparaîtront. On augmente le chômage dû aux restructurations des multinationales. La moitié des chômeurs du monde ont moins de vingt ans. On estime que 2,8 milliards d’individus vivent avec moins de deux euros par jour. Si on ajoute à l’épuisement des ressources7 ; la forte croissance démographique et la marginalisation des plus pauvres, le décor est planté. Finalement tout cela ne montre pas beaucoup d’intérêt à couvrir les besoins fondamentaux des peuples ni à leur donner une justice économique. Et cela va se payer non seulement économiquement, mais peut-être sur la problématique géopolitique par un chaos, celui du risque de la guerre surtout lorsqu’on constate que 20% de la population mondiale cherche comment maigrir, alors que 80% cherche comment grossir… Bref, si « la guerre est une affaire trop sérieuse pour ne la confier qu’à des militaires« , on peut en dire de même pour la finance. La preuve en est que les paradis fiscaux sont loin d’être éradiqués et qu’il existe une liste des établissements financiers et bancaires dit « gris« , voire même « noirs« .

Il y a une interaction entre la pauvreté et la faim même chez les Occidentaux précarisés, puisqu’on utilise massivement des produits chimiques brevetés dans l’agriculture pour l’inféoder aux industries qui nous ruinent8. Enfin si l’on ajoute la crise climatique due au réchauffement lié aux activités humaines9, les rendements de blé en Europe reculent, principalement du fait de l’altération du climat. Des bouleversements de grande magnitude sont en cours : c’est inéluctable, puisque déjà trop tard, constatent les experts… A moins que d’un mal (tribulations apocalyptiques) en sorte un bien, celui de l’Apocalypse (Apocalypsis), par définition même la Révélation.

 nouvordre.mond_.2 1958

La Géopolitique

du

Nouvel Ordre Mondial

(Les notes de bas de pages sont de la rédaction)

Gustave L’Oeillet

pieuvre 1992

La question qui s’impose à tout observateur, non-enfermé dans un prisme idéologique, porte sur les causes des changements géopolitiques et géostratégiques ; sont-elles le résultat de la crise économique ou est-ce la crise économique qui en serait directement la conséquence ? C’est la première possibilité que nos responsables mettent en avant pour mieux dissimuler leurs intentions et objectifs à atteindre, en oubliant de préciser que les dernières crises touchant à l’économie et à la finance ne sont structurelles que parce qu’ils les ont voulues ; elles le sont de propos délibéré.

Le docteur Ravi Batra reprend une prophétie des Védas qui annonce l’ère « des rats ramasseurs » ce qui correspond à la symbolique de l’ère du Verseau « l’homme se déverse en lui-même et oppose son individualité à la communauté, individualisme ». Il s’agit du renversement en soi et dans la société de l’ordre naturel et spirituel. «L’ordre noir» s’impose à la société et, en un leurre tragique, lui propose un chemin de sécurité, de tranquillité en flattant des appétits infra-humains ou en les créant de telle manière qu’elle perde toute vigilance et que ses protections naturelles et spirituelles s’affaissent voire disparaissent. Nous allons vers les dominants nietzschéens – le surhomme – et le reste, les 4/5 de l’humanité, asservi selon une progression arbitraire du principe physique des forces centrifuges et centripètes. Mouvements oppressifs alternés du principe révolutionnaire comme l’essayèrent les régimes fascisants : communistes, national-socialiste et extrêmes droites : la police surveille le peuple et chaque citoyen surveille l’autre.

Nous n’en sommes plus aux prémices, mais en plein, situation accélérée du fait de la troisième transgression, le clonage reproductif humain.

Quelle société, quel Etat pourra se protéger du chaos annoncé, inéluctable ?

L’accélération des mécanismes du nouvel ordre mondial commence avec les accords de Bretton Woods en 1944 avant la fin de la guerre. Ces accords jettent les grandes lignes du système financier international. Les décideurs dissimulent leurs intentions véritables derrière le souci proclamé de venir en aide aux Etats touchés par la Seconde Guerre Mondiale au moyen d’une organisation monétaire internationale.

bretton-woods 1997

 Les principaux protagonistes seront John Maynard Keynes et Harry Dexter White, le premier dirigeait la délégation britannique et le second était le secrétaire au Trésor US. L’un transmit les ordres de la City ébionite, l’autre s’engagea à mettre la puissance US à disposition en vue de leur exécution. De ces accords, deux organismes ont vu le jour : la BIRD (banque internationale pour la reconstruction et le développement) et le FMI (Fond Monétaire International). La suite logique de ces deux organismes, fut de créer l’OMC (Organisation mondiale du commerce), précédé du GATT (accords intermédiaires sur les tarifs douaniers).

Il s’agit de soumettre les Etats aux pouvoirs financiers et économiques qui ne cesseront plus d’œuvrer à l’instauration du nouvel ordre mondial, qu’ils chercheront à imposer à tous les peuples pour aboutir au gouvernement mondial (dictature) quel que soit le prix à faire payer.

Dans la poursuite de ce grand œuvre, dès les premières années de la Communauté européenne du charbon et de l’acier – base du futur Marché Commun que sanctionnera le Traité de Rome – un échange de correspondance entre l’administration US et Bruxelles prouve la connivence de certains hauts fonctionnaires et politiques acquis à l’influence méphitique de Jean Monnet et dans laquelle il est déjà question d’une monnaie unique10.

Ainsi, mêmes si les Pères Fondateurs de ce qui deviendra l’Union européenne, hormis Monnet, étaient sincères, et nous ne devons pas en douter, ceux-ci furent manipulés ; on peut considérer que dès le début du projet européen les dés étaient pipés. Ce projet généreux, est aujourd’hui ce qu’on a toujours voulu qu’il devienne, la deuxième zone économique soumise à la « Pieuvre noire », les illuminatis, la première étant les USA, le Canada avec le Royaume-Uni11.

   economie 2008

Le rôle de l’or en tant qu’étalon :

Dans les accords de Bretton Woods, le principe est acquis que c’est le dollar qui doit devenir l’unique monnaie pour les échanges commerciaux internationaux ; c’est une nécessité pour favoriser la venue de ce nouvel ordre mondial quelque peu contrarié par le bloc communiste. Le Président Richard Nixon, pour se faire pardonner des industries d’armements après avoir mis fin à la guerre du Vietnam, met un terme définitif à la convertibilité du dollar en or, décision à laquelle s’était opposé le Président Kennedy et qui lui coûta sans doute la vie, même si pour sauver les apparences on laissa entendre que ce serait la mafia qui en aurait donné l’ordre12… Même Lucifer n’y croit pas !

or Afrique

Les illuminatis ne veulent à aucun prix que s’instaure une monnaie convertible à l’or dans une zone économique étendue et ils ont besoin d’avoir accès aux matières premières pour le plus petit coût et donc en contrôler le marché. Ils doivent s’assurer que l’Afrique demeurera sous leur contrôle, sous une forme ou une autre, même s’il faut la dépeupler,13 car elle est le premier des gisements. Il y a l’Asie qu’ils ne peuvent contrôler entièrement, parce qu’il y a la Chine. Ils décident de la contraindre à acheter de la dette US véritable « Cheval de Troie », en échange de quoi elle accède plus facilement au marché intérieur US. En agissant de la sorte, ils pensent pouvoir contrôler et un jour maîtriser les leviers de son économie et de ses finances ; pour la Russie c’est un peu plus difficile, car elle a à sa tête une administration fort bien informée et qui, elle, a le temps comme allié. L’hiver russe est un bon maréchal et il a plusieurs formes… La Russie redevient la Sainte Russie et puisse Dieu veiller à ce qu’elle le reste.

Les soubresauts de la géopolitique et de la géostratégie :

Les évènements du « Printemps Arabe » prennent une tout autre dimension et pourraient fort bien ne pas du tout être ce qu’on tend à nous le faire croire.

Que savons-nous d’eux exactement ? Que tout commença en Tunisie. C’est un pauvre marchand ambulant qui décida de s’immoler par le feu pour protester contre la crise de l’emploi dans sa région et parce que sa marchandise venait de lui être confisquée par les autorités largement corrompues ; la victime s’appelait Mohamed Bouazizi, âgé de 27 ans. Au sujet de cette tragédie, il est plein de bon sens de se demander si cette mort n’aurait pas été décidée en des lieux de ténèbres, à la manière de la théorie des dominos, sachant qu’en déstabilisant la Tunisie on espérait bien déstabiliser la Libye qui était le premier des opposants à l’instauration du nouvel ordre mondial. C’est sans doute ce qui explique le silence du gouvernement Sarkozy au début de la révolution tunisienne ; l’important était ailleurs, et c’est aussi pour les mêmes raisons que le peuple Algérien est dans la situation que nous lui connaissons.

Nous savons que le financement des salafistes a pour origine la CIA, l’Arabie Saoudite, le Qatar, Israël, la France et le Royaume-Uni. L’activation de certains réseaux terroristes islamiques permet de détourner l’attention des peuples et de donner une certaine légitimité à des décisions politiques qui devraient naturellement faire l’objet d’une ferme contestation. Le Hamas fut fondé par Israël pour affaiblir le FATAH de Yasser Arafat. Les responsables furent entraînés dans un camp en Angleterre, lieu que fréquentera Anders Breivik, auteur de la tuerie en 201114.

La dictature du Président Zine el-Abidine Ben Ali, qui prit le pouvoir en 1987, ne dérangeait personne, bien au contraire ; il soumettait les intégristes et bloquait les prétentions des Frères Musulmans qui se dissimulaient derrière le « Pan-arabisme » pourtant fondé à l’initiative de Nasser. Ben Ali était très obéissant et rendait d’éminents services aux grandes puissances. Mais voilà, il était impossible de s’en prendre directement à Kadhafi comme pour Saddam Hussein en Irak alors on eut pour stratégie les dominos et on sacrifia un jeune vendeur ambulant.

mohamed-bouazizi Afrique Noire

MOHAMED-BOUAZIZ

Pourquoi l’Occident ébionite avait-il besoin de la chute de Kadhafi ? Serait-ce à cause des attentats ?

Certes, dans les bons peuples, on souhaitait une justice plus ferme, voire expéditive, mais on sut sagement se contenter des réparations et de la condamnation de quelques membres de l’entourage du dictateur. En fait, l’Occident et le monde entier étaient plutôt satisfaits du rôle qu’assumait ce régime, il empêchait la région subsaharienne de tomber sous la férule des intégristes. Mais alors qui avait-il de plus important que ce rôle de gendarme ?

Kadhafi avait deux très dangereux projets qui alertèrent tous les centres de décisions financières, économiques et stratégiques ; il décidait de financer un satellite de télécommunications pour l’ensemble de l’Afrique ce qui amenait une perte sèche de revenus de 500.000.000 de dollars par an pour ces puissances extérieures. Ce satellite a été réalisé et fonctionne. On pouvait encore s’en accommoder, mais le second projet était bien plus dangereux, il consistait en une proposition suivante : créer une monnaie étalon, le dinar or, pour tous les pays d’Afrique ; ce qui revenait à créer une monnaie forte et totalement indépendante du dollar et convertible. Ce projet aurait permis d’éradiquer la famine en cinq années et de stabiliser l’essor économique en dix ans. Inacceptable pour les banques internationales, il fallait une solution radicale. Nous savons la suite.

C’est le Président Sarkozy qui se chargea de l’exécution, et rompit avec la prudence diplomatique initiée avec De Gaulle vis à vis des pays arabes et du Moyen-Orient en général15. Il ne peut être ignorée la proximité de Sarkozy avec la CIA, car l’un des responsables de cet organisme, toujours en poste, n’est rien de moins que le second mari de la seconde ex-épouse de son père, union de laquelle il a eu deux demi-frères auxquels il est attaché ; il fut donc élevé en partie par cette femme avec ses deux frères et donc par le second mari de sa belle-mère, l’un des directeurs de la CIA. Il faut se souvenir que la Libye de Kadhafi restait un ennemi objectif d’Israël et ce directeur est d’origine juive.

L’actuelle déstabilisation de la Syrie participe aussi de l’intention d’imposer le nouvel ordre mondial. La nouvelle zone économique qui va de la péninsule arabique jusqu’au Maroc, serait sous la tutelle du royaume saoudien. C’est pourquoi il faut l’extermination des chrétiens de Syrie et la mise à bas du régime de Bachar el-Assad. Espérons que la Russie continue de soutenir le régime syrien et qu’il triomphe de ses ennemis, car l’activisme intégriste sunnite est tout aussi pervers que le mouvement évangélique aux USA, c’est un instrument politique dangereux qui œuvre à la constitution de cette zone économique dans le seul but de ce nouvel ordre mondial.

La recherche de la chute du régime syrien vise l’Iran ; car ce peuple est un obstacle sérieux à la constitution d’une autre zone économique qui engloberait ce pays, les républiques du Caucase, l’Asie occidentale, jusque l’Inde. L’opposition à ce régime exécrable est la tête de pont pour réaliser cette zone, d’où l’importance de renverser le régime syrien et d’étouffer l’Iran avec de fausses accusations d’arme atomique.

Les puissants, sans conscience morale, sont plus dangereux que le plus fou d’entre les hommes qui est un sage pour Dieu.

Nous savons qu’avec Georges Bush junior, les ultras conservateurs dominèrent la politique extérieure et imposèrent la chute de Saddam Hussein, il est évident qu’ils voulaient que les USA s’imposent comme seule puissance dominante. Ils tentèrent pour y parvenir, en plus des organismes officiels comme la CIA, d’utiliser les mouvements évangéliques traversés majoritairement par une forte idéologie nationaliste, en s’appuyant sur leur respect et leur défense de la « Loi Morale Naturelle », ce qui leur donne une certaine légitimité. C’est ainsi qu’ils intervinrent en Europe Orientale, Géorgie, Ukraine, mais également en Afrique Noire et en Afrique du Nord. Ils agissent en véritables agents déstabilisateurs et collaborent étroitement à l’instauration de ce nouvel ordre mondial. Ils se dissimulent dans certaines OMG ce qui explique que certaines d’entre elles furent expulsées de Russie et de certains autres pays. Ils se retrouvent, dans les années 2.000, en Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire, Sénégal, Gabon, Algérie et Maroc… Ils ont partie liée avec les troubles de la République de Côte d’Ivoire et agirent de concert avec le gouvernement Sarkozy pour imposer l’actuel chef d’Etat, Alassane Outtara, tout à fait acquis aux illuminatis, n’a-t-il pas épousé une française d’origine juive et très introduite dans les hautes sphères internationales ?

Antérieurement, la guerre civile qui a sévi au Rwanda, l’implication évidente des Etats Français et Belges, doit être insérée dans la perspective de ce projet, à cette époque là, le Rwanda est la première patrie majoritairement catholique en Afrique16.

Cette analyse non-exhaustive nous montre la difficulté à combattre ce projet luciférien, mais c’est sans compter avec le facteur humain qu’on ne peut pas contrôler totalement. Or, les USA sont en grand danger de ruine, leur dette est colossale, si importante que beaucoup d’Etats rapatrient leur réserve d’or comme l’Allemagne et que la Chine achète de l’or sans doute en espérant par ce moyen absorber le choc probable de cette ruine…

Il est une chose certaine, les puissances occultes qui veulent ce nouvel ordre mondial ne peuvent plus arrêter la machine qu’ils ne contrôlent plus vraiment, car la crise économique est d’une telle ampleur que quelles que soient les périodes de redressement, elle ne sera jamais surmontée, sauf à prendre le risque d’une troisième guerre mondiale17.

L’Union européenne est en échec patent politiquement et s’enfonce vers un échec économique et social évident, car le but recherché n’est en rien le bien-être des peuples, mais la poursuite de ce nouvel ordre mondial. C’est pourquoi, on constate un déni de démocratie et le viol de la conscience morale et spirituelle des peuples.

ue Alain Poret

La proposition du Président Hollande, dans son second entretien avec la presse, souhaitant la constitution d’un gouvernement économique institué dans l’U.E. n’est rien qu’une fuite en avant et l’accélération de ce nouvel ordre mondial ; c’est une manière de se dédouaner de sa responsabilité dans l’échec annoncé de sa politique économique. Il n’est à la tête de la France que pour mieux se servir d’elle à seule fin d’accélérer l’établissement et l’affermissement de cette seconde zone économique. La loi du « mariage pour tous » n’est que la poursuite de l’affaiblissement de la Révélation chrétienne, des grâces messianiques, car la culture chrétienne et musulmane sont les seules qui puissent empêcher le triomphe de ce nouvel ordre mondial18.

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les instances politiques, économiques, financières et sociales sont toutes infestées par la présence des illuminatis, des serviteurs ébionites19.

Le salut de l’Europe, maintenant que nous savons que les dés sont pipés depuis le début et que c’est la raison de la pression des USA à faire entrer la Turquie dans U.E., ne peut venir que si un des pays membres a le courage politique et moral de quitter cette union et sa monnaie unique. Une décision de ce genre permettrait de voir la vérité se manifester et de rendre son honneur aux peuples membres. Il est faux de croire à un risque de guerre intra muros, mais il est exact de croire que, sans l’U. E., on peut espérer un redressement économique et sociale, éviter ainsi une implosion au goût amer de la guerre civile qui embrasera toute l’Europe.

Face à la crise économique, la culture et la foi sont nos anticorps :

Notre situation de crise n’est pas seulement économique, elle est une crise de civilisation généralisée, car par des lois contre-nature les sociétés subissent un renversement anthropologique qui, il faut en être lucide, ne permettra pas de redressement.

L’humanité s’est convoquée au rendez-vous de sa conscience non plus tant face à son histoire que déjà en présence du jugement des nations. Aussi comme toute épreuve, même s’il s’agit d’une dimension universelle, il y a là une opportunité spirituelle, culturelle à saisir, car Dieu donne ses grâces en proportion des épreuves.

Il n’est donc plus temps de repenser à ce que pourrait être une « nouvelle société », mais comment s’organiser pour renouveler les solidarités de toute nature et dans l’ordre de la Charité pour entrer véritablement en résistance culturelle, morale, spirituelle, sociale et économique ? Comment préserver l’identité du chrétien.

Il importe pour le fils de Dieu et membre d’une Eglise instituée de se ressourcer aux sources vives de la foi et de la culture chrétienne. Les fidèles de Dieu doivent repenser leurs relations entre frères et sœurs d’une même foi, d’une même espérance et charité.

La résistance doit d’abord se structurer dans l’Eglise, au tour du Vicaire du Christ puis face au monde.

1Cette décision s’inscrivait dans le projet, toujours actuel, d’affaiblir les concepts de patrie et d’Etat souverain au profit de zones économiques plus vastes dirigées par un gouvernement autoritaire dans lequel la nation se dissout

2On ne peut pas la comparer à la crise de 1929, elle n’est comparable à rien, sauf peut-être à l’explosion volcanique de l’île de Saint Marin (lieu supposé de l’Atlantide selon Platon) ; elle détruisit les économies de tout le bassin méditerranéen et au-delà et provoqua une grande famine poussant parfois des peuplades comme les Crétois à des scènes d’anthropophagie.

3Disposition qui avait été prise avant l’élection de John Fitzgerald Kennedy ; il semble que sa mort serait due à la décision de rétablir la convertibilité du dollar en or. C’est sans aucun doute, la raison la plus sérieuse quant à la cause de son assassinat.

4Il faut considérer que toutes les guerres après la révolution de 1789 en sont toutes le prolongement, si elles sont préventives c’est parce qu’une guerre généralisée coûte trop chère et qu’elle ne serait pas approuvée par les peuples.

5Le drame avec ce gouvernement de Gauche, c’est qu’il emploie les mêmes concepts idéologiques ou verse, devant les réalités, vers un libéralisme plus dangereux que si c’était la Droite qui était aux commandes. La stupidité des prélèvements obligatoires et autres impôts directs ou indirects ; c’est qu’aucun d’entre eux n’est réfléchi comme devant être un investissement à moyen et long terme ; il en est de même pour toutes les prestations sociales, véritables maquis et tonneaux des Danaïdes. La Gauche, en France, est indécrottable, figée dans les ornières asséchées de ses idéologies toujours génocidaires. Les réformes proposées des prestations sociales sont antifrançaises : elles favorisent l’immigration aux dépends des citoyens de plein droit.

6Nous voyons-là précisément, la volonté explicite d’assujettir les 2/3 de l’humanité en développant la pauvreté généralisée ; nous sommes sous la dictature financière.

7Données non-démontrées et très suspectes, surtout concernant les réserves pétrolières ; exemple : la Thaïlande est riche en pétrole maritime et terrestre, mais elle attend la diminution des réserves connues pour les exploiter.

8Le scandale de la firme Monsanto spécialiste en biotechnologie végétale, véritable état dans les Etats, étroitement liée aux sociétés occultes. Impuissance des Etats à la contrôler

9Ce n’est toujours pas démontré de manière certaine ; on peut toutefois envisager une incidence locale, mais on ne peut pas extrapoler sur le général ; d’autre part, il faut tenir compte des cycles comme le démontrent les carottages dans les couches glacières et dans le permafrost ; là aussi, sur un tel sujet, dont la science est toute jeune, il faut éviter des formulations dogmatiques qui ont toutes une connotation idéologique et ne sont pas dénuées d’intentions mercantiles.

10 Euro-federalists financed by US spy chief :

By Ambrose Evans-Pritchard in Brussels

DECLASSIFIED American government documents show that the US intelligence community ran a campaign in the Fifties and Sixties to build momentum for a united Europe. It funded and directed the European federalist movement.

The documents confirm suspicions voiced at the time that America was working aggressively behind the scenes to push Britain into a European state. One memorandum, dated July 26, 1950, gives instructions for a campaign to promote a fully fledged European parliament. It is signed by Gen William J Donovan, head of the American wartime Office of Strategic Services, precursor of the CIA.

The documents were found by Joshua Paul, a researcher at Georgetown University in Washington. They include files released by the US National Archives. Washington’s main tool for shaping the European agenda was the American Committee for a United Europe, created in 1948. The chairman was Donovan, ostensibly a private lawyer by then.

The vice-chairman was Allen Dulles, the CIA director in the Fifties. The board included Walter Bedell Smith, the CIA’s first director, and a roster of ex-OSS figures and officials who moved in and out of the CIA. The documents show that ACUE financed the European Movement, the most important federalist organisation in the post-war years. In 1958, for example, it provided 53.5 per cent of the movement’s funds.

The European Youth Campaign, an arm of the European Movement, was wholly funded and controlled by Washington. The Belgian director, Baron Boel, received monthly payments into a special account. When the head of the European Movement, Polish-born Joseph Retinger, bridled at this degree of American control and tried to raise money in Europe, he was quickly reprimanded.

The leaders of the European Movement – Retinger, the visionary Robert Schuman and the former Belgian prime minister Paul-Henri Spaak – were all treated as hired hands by their American sponsors. The US role was handled as a covert operation. ACUE’s funding came from the Ford and Rockefeller foundations as well as business groups with close ties to the US government.

The head of the Ford Foundation, ex-OSS officer Paul Hoffman, doubled as head of ACUE in the late Fifties. The State Department also played a role. A memo from the European section, dated June 11, 1965, advises the vice-president of the European Economic Community, Robert Marjolin, to pursue monetary union by stealth.

It recommends suppressing debate until the point at which « adoption of such proposals would become virtually inescapable »

11Actuellement, le but des responsables de l’U.E. est d’affaiblir les gouvernements centraux en favorisant l’autonomie des régions afin que celles-ci en appellent davantage à eux contre le gouvernement central. Cet affaiblissement favorisant le nouvel ordre mondial, programme conçu par Jean Monnet. On constate que les peuple des USA n’a plus sa destinée en mains. Il est utilisé comme les autres à seule fin d’atteindre les objectifs cités. C’est un peuple déjà totalement soumis aux puissances occultes et qui ne le sait pas encore.

12Les possibles ne constituent pas la vérité. Les USA arguant de leur intervention salvatrice dans la dernière guerre mondiale prétendirent imposer que toutes les monnaies seraient indexées sur leur dollar. C’est le fondement de leur impérialisme.

13Nous rappelons ici que la dernière campagne de vaccination antivariolique organisée en Afrique Noire se superpose parfaitement à la géographie des foyers primaires du SIDA ; selon un ancien responsable suisse de l’OMS, le vaccin de cette dernière campagne aurait été mis au point par les laboratoires militaires US. Article paru au cours des années 80 dans une revue suisse soutenant des aspects novateurs dans le traitement des maladies.

14Ce drame ressemble à un avertissement quant à la politique de la Norvège vis à vis d’Israël et de son sionisme.

15Information donnée par la presse, précisant que ce changement était sollicité par les USA.

16Deux ans avant cette guerre civile, des informations circulaient dans l’Eglises, milieu missionnaire, révélant qu’on s’attendait à des troubles dont les auteurs venaient des courants franc-maçons.

17Nous voyons sous nos yeux se réaliser au jour le jour la prophétie de Marie-Julie Jahenni à qui Jésus confia : « Je ruinerai vos économies, je ruinerai vos démocraties. »

18Le soutien affiché de Sarkozy à la candidate de l’UMP aux municipales de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet qui est très contestée à cause de sa pseudo-neutralité quant à la loi du mariage pour tous, confirme bien que l’UMP n’est opposée à cette loi que du bout des lèvres, à part quelques élus sincères qui seront balayés aux prochaines élections. Sarkosy ne soutiendra que les candidats qui iront dans le sens de ce nouvel ordre.

19Ebionite, nom donné à une confrérie se regroupant sous une synagogue spécifique qui se répandit dans toute la péninsule arabique et fut à l’origine de la religion musulmane. Elle est issue des courants radicaux nationalistes qui, après la chute du Temple par Titus se vouèrent à la haine du chrétien, surtout des chrétiens membres d’une Eglise instituée, et n’ont d’autres objectifs que de faire échec aux grâces messianiques. Cf. les conférences de notre rédacteur en chef, ayant pour titre : Vers le gouvernement mondial.

1 mai 2013

« HITLER A COFONDE ISRAEL EN 1933 A LA DEMANDE DES SIONISTES ETABLIS EN PALESTINE »

Classé dans : INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne — domanova @ 8 h 22 min

 

« La vérité cachée remonte toujours à la lumière »

« Hitler impliqué directement dans la fondation de l’État d’Israël »

24 mars 2013

OBAMA EN TERRE DE SANG…

Classé dans : INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne — domanova @ 19 h 55 min

 

 OBAMA EN TERRE DE SANG... dans INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne obama-en-israel

 

OBAMA EN TERRE DE SANG…

OU

L’allégeance de la première puissance mondiale au sionisme

par

Gustave l’Œillet

  La visite du Président Obama en terre de Palestine – terre de Canaan – d’abord à l’État d’Israël, puis à l’Autorité Palestinienne, ressemble à un remerciement pour avoir assuré sa réélection, et bien peu motivée par un souci de paix et de justice.

  Dans ce conflit, nous ne pouvons que nous interroger sur l’attitude des États-Unis d’Amérique. Nous voulons bien considérer la puissance du lobby Juif, mais les citoyens américains de confession juive ne sont pas majoritaires, alors comment comprendre leur influence au point de décider des majorités et de parvenir, contre les intérêts du peuple des États-Unis, à ce que les administrations successives demeurent les « meilleurs alliés » d’Israël ? Ne serait-il pas plus profitable de renvoyer l’État d’Israël à sa place, et de renouveler l’ensemble des liens avec les pays arabo-musulmans en reprenant l’exigence d’une politique de justice et de paix qui a été hypocritement abandonnée en 1946 et ensevelie après la mort de Rabbin ? On ose couvrir ces lâchetés successives par de grandes déclarations condescendantes envers les seules victimes, les Palestiniens.

Une question s’impose : s’agit-il d’une allégeance à l’État d’Israël ou au mouvement et à l’idéologie sioniste ? Les réponses possibles sont lourdes de conséquences, sachant que dans le peuple israélien, il existe de forts courants qui ne reconnaissent pas cet État y compris des rabbins de haute autorité qui comparent ce gouvernement à un mode nazi.

  Nous sommes confondus et inquiets du comportement de cette grande puissance, réputée pour avoir une culture démocratique structurée au tour de valeurs telles que : justice, paix et expansion économique et qui se fait pourtant complice d’un pouvoir politique et d’une idéologie qui ne sont qu’injustices, prévarications, crimes, humiliations et vivant sur une culture et une politique racialistes.

   La politique internationale des États-Unis d’Amérique est une politique qui, indépendamment de l’alternance, est singulièrement soumise, greffée à Israël, comment se fait-il que le peuple américain s’en laisse à ce point compter ? Ce ne peut-être par la phobie des attentats ni même par les dangers du bloc communiste.

mahmoud-abbas-a-onu dans INTERNATIONAL - Une diplomatie chrétienne

  La visite d’Obama en Israël n’a rien apporté pour la paix ni pour la justice ; l’expansion des colonies est une politique d’expropriation validée par défaut de puissance… Il tenta de dissimuler cette validation par ses discours fleuves et lyriques, il n’en est pas moins complice d’une politique prévaricatrice contre les Palestiniens auxquels il a accordé une sucrerie de consolation en débloquant les 500.000.000 de dollars d’aide, bloqués pour cause de velléité d’indépendance et de classement de la basilique de Bethléem par l’UNESCO. Démarche inconvenante pour les Israéliens… Comment se peut-il qu’un peuple vaincu, dont le concept de nation doit disparaître, puisse envisager de se hausser au niveau commun des nations ? Quelle audace inappropriée !…

  De cette visite d’Obama, nous devons voir ce qui ne s’est pas vu et d’entendre ce qui ne s’est pas entendu. L’enjeu réel aura été d’apprécier l’avancée génocidaire d’une politique antichrétienne sollicitée par les sionistes ébionites et qu’accéléra la politique arabe du président Sarkozy ; politique déshonorante qui rompit avec la prudence gaulliste et mitterrandienne. Le président Sarkozy aura été l’exécutant des instructions reçues de la CIA, transmises par le second époux de sa mère, haut responsable de ce service et qui l’a quasi élevé avec ses frères de cette union. Sa servitude aux États-Unis a fragilisé la France et ses intérêts ; on peut parler de politique anti-française parce que antichrétienne. C’est ce qui explique l’origine du « pseudo printemps arabe » ; tout doit être fait pour empêcher un rapprochement chrétien-musulman, seul front capable de freiner les renversements anthropologiques inspirés et décidés par des puissances occultes dépourvues de tout sens moral et de faire obstacle à un gouvernement mondial nécessairement tyrannique et ennemi de toutes les religions surtout monothéistes. Dans le cas de cette réalisation, les quatre cinquièmes de la population mondiale seraient plongés dans une grande dépendance à la pauvreté et soumis à une dictature dès plus inhumaine.

  La guerre civile syrienne n’a pas d’autre objectif que l’effacement des communautés chrétiennes ; avec la complicité de la famille Saoud ainsi que le Qatar et le Koweït. Il y a des similitudes étonnantes entre la situation au Moyen-Orient et celle de l’Europe de l’Est dans les années Trente, le jeu sioniste est le même. Il ne s’agit pas d’un antisémitisme, car il n’y a pas de liens organiques entre l’ensemble des Juifs et le sionisme qui est une idéologie socialiste et une option illuminati ; d’autre part, il faut rappeler que les Arabes sont aussi des sémites, rien n’est plus stupide que d’accuser un terroriste arabe d’antisémite, mais les sionistes sont passés maîtres dans l’art de la manipulation des mots et concepts faux et l’illusionnisme des émotions.

   Nous savons qu’il existe un courant pro-sioniste chez les catholiques, c’est une erreur, un errements, une infestation idéologique qui heurte la charité ainsi que les concepts de justice et de paix. La peur réelle de l’islam ne peut justifier un tel égarement. Au sujet de l’opposition entre chrétiens et musulmans, il est le fait de manipulations d’États complices quoique de religions opposées ; beaucoup de courants intégristes musulmans sont manipulés par ceux qui ont tout intérêt à ce que les chrétiens et les musulmans s’opposent ; la preuve en est du comportement imbécile et lâche des partis de Gauche en France.

   La visite d’Obama en Israël et à l’Autorité Palestinienne, quels qu’aient été ses discours et déclarations, aura été une visite convenue dont rien ne sortira de bon pour la région et renforcera la frustration légitime des Palestiniens. Il faut redouter un regain de tensions voire une nouvelle intifada.

   La politique d’Israël se double d’une volonté de faire porter au monde entier leurs propres fautes, leur propre inhumanité ; cherchant constamment à maintenir une culpabilité sur les goys et de justifier ainsi leurs exactions qu’Abraham ne saurait approuver, lui qui inventa le concept de la guerre juste. C’est là une démarche, une option d’enfermement qui, si elle ne s’arrête pas, se retournera contre eux. Il est urgent, pour les Israéliens et les citoyens juifs de par toutes les nations, de se rappeler les Dix Commandements et de sortir des infestations talmudiques du moins pour les seconde et troisième cabalas.

   La puissance qui devrait débloquer la situation et qui pourrait ramener les esprits à l’autorité de la vérité et donc de la raison du cœur, c’est la Grande Russie. Elle ne devrait pas agir seule, mais être soutenue par la France, l’Italie, la Pologne et sans doute la Chine. Les États-Unis d’Amérique sont hors jeu, le déplacement d’Obama en est le signe réaliste. Il ne faut surtout pas que l’Union européenne y soit participante, ce serait l’échec assuré, car l’influence du Royaume-Uni, du royaume de Hollande et de la République Fédérale d’Allemagne seraient autant de chaînes paralysantes.

    On ne peut que saluer le courageux bon sens de la République de Russie qui se manifeste singulièrement avec la Syrie et elle ne doit pas céder surtout pas en présence de l’évolution immorale et inconséquente que voudrait faire prendre François Hollande à l’Union européenne en fournissant des armes aux rebelles sous le prétexte qu’on pourrait en contrôler la circulation. C’est se moquer du bon sens ! Laurent Fabius est l’âme damnée de notre politique extérieure, il n’est ni moralement, ni intellectuellement crédible. Monsieur Hollande pensez plus à la France qu’à votre réélection, pour une fois, Monsieur le Président, ne pensez pas à vous. Aimez la France et les Français !

   La crise du Moyen-Orient ne peut se terminer qu’avec des personnalités de grandeur, d’honneur et de vérité. Il faut des justes.

   Au sujet de la possible bombe atomique de l’Iran, il s’agit d’une réplique revue et corrigée de l’Arlésienne, opéra de Bizet, on en parle beaucoup, on ne la voit jamais. L’Iran, tous les responsables le savent, n’a plus les moyens techniques d’avoir la bombe ; ce qui fut confirmé par l’actuel Président d’Israël et par un général israélien. Non, la menace fantomatique qu’on cherche à nous faire prendre pour une réalité et qui relève de la couleuvre irakienne (l’Irak n’avait plus d’armes chimiques ni de destruction massive lors de la seconde guerre), dissimule à dessein ; la recherche d’un prétexte pour intervenir en Syrie et dans toute la région, à seule fin d’éradiquer les poches chrétiennes et d’assujettir définitivement les peuples musulmans. Si ce régime qui, certes n’est pas des plus aimables, venait à vaincre ses ennemis, ce que nous souhaitons, nous pourrions alors espérer réduire l’influence ténébreuse d’Israël et redonner espoir aux Palestiniens.

  En fait, ce qui est également enjeu, c’est le contrôle des richesses pétrolifères et gazières et seuls les chrétiens peuvent vraiment s’y opposer ; mais on ne peut ignorer que la présence de ceux-ci constitue pour les sionistes une menace pour la pérennité de l’État d’Israël. En effet, il y a un danger de plus en plus précis d’une conversion massive des israéliens et contre laquelle œuvre l’oppression talmudique ; c’est en cela que la situation du Moyen-Orient a des similitudes avec celle de l’Europe de l’Est dans les années vingt et trente.

   Nous sommes gouvernés par des esprits volontairement détournés de la vérité, de son principe d’autorité, des intelligences perverties.

 

Happyhelen74 |
Niketnrequinpascher88 |
Viens Christ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linklogdendcom
| Trenchhomme
| Grandmaitremaraboutkathaou